FIFA 14 : L’avis de la rédaction

banner630x120_FIFA14_lavis

Avec la next-gen en point de mire, le monde du ballon rond virtuel va connaître ses dernières grandes joutes sur les consoles current-gen. Après un cru 2012-2013 mitigé, en grande partie décrié pour son arbitrage et son moteur de collision approximatif, Electronic Arts revient à la charge en modifiant plus de détails que l’on ne pourrait penser au premier abord.

A296-5

C’est beau, c’est neuf ?

La première modification qu’il nous ait été donné de constater vient des menus. Plus design mais surtout beaucoup plus fluides et clairs, cette fois-ci il semble bien qu’EA ait fait mouche au niveau de la base de son jeu. On ne s’attardera pas dans cet article sur tous les modes de jeu évidemment car nous avons une vocation eSportive, mais tous les modes connus sont présents, du mode carrière au mode FIFA Ultimate Team en passant par le club pro en ligne.

FIFA14_NG_IT_pure_shot_WM

Le pure shoot

Plongeons nous directement dans le vif du sujet et le terrain en lui même ! Tout d’abord, les graphismes n’ont pas ou peu évolué. On retrouve les joueurs comme on les avait laissés, c’est joli et lisse, bref on prend les mêmes et on recommence. Mais détrompez-vous, ce n’est qu’une apparence. En effet, les petits gars d’EA ont bossé sur un nouveau système d’inertie des joueurs ce qui est, pour nous joueurs invétérés, un grand changement. Fini les défenseurs qui changent de direction aussi facilement que les attaquants. Fini les attaquants de gros gabarits à la technique douteuse qui réalisent des crochets précis et rapides. Si réaliser une feinte de frappe avec Zlatan est un régal, avec Llorente c’est une autre affaire. En défense, vous aurez tout intérêt à ne pas vous livrer car un mauvais mouvement et l’attaquant vous aura laissé sur place. Cette nouvelle inertie touche aussi le ballon et cela s’en ressent sur les contrôles de balle. Une passe un peu trop appuyée, un changement trop brusque de direction et le ballon vous échappe comme un rien. Et nous nous sommes réjouis aussi de constater que le pro-passing semble enfin fonctionnel lors des matchs en ligne.

A296-7

Cavani n’aura pas cette balle

Mais, l’inertie n’a pas que du bon. La physique de la balle ayant changée, nous avons pu assister à des événements étranges. Le plus marquant, pour notre part, vient des frappes enroulées. On peut en effet aligner le but de plus de 30 mètres et avoir une chance de marquer. Alors oui, ça ne rentre pas à tous les coups et ce n’est pas ressemblant au fameux « Cross-shoot » de FIFA 10. Mais cela peut donner une solution quand une défense est impénétrable alors qu’il ne devrait pas y en avoir. L’autre grand souci vient des centres et de la passivité de la défense dans le jeu de tête. Alors non, là non plus ça ne rentre pas à tous les coups, mais même Thiago Silva ou Kompany pourront parfois laisser l’attaquant prendre la balle seul de la tête sans chercher à l’en empêcher. Et vous auriez beau marteler la manette que cela n’y changera rien. Sur les corners il existe une possibilité d’éviter cela, les gardiens étant bien meilleurs dans leurs sorties aériennes que dans le précédent opus.

A296-9

Les stades ne sonnent plus creux

Nous en arrivons à un point qui pour moi fait débat : le L1 + Triangle. Pour les non-initiés, ceci représente les passes lobées en profondeur. Beaucoup pensent que c’est une arme infaillible de ce FIFA 14, d’autres, comme nous, pensent que ce « problème » vient indirectement du moteur d’inertie des joueurs. En effet, déplacer un défenseur, si bon soit-il, est plus difficile que de déplacer un attaquant. Ceci vient du fait que la statistique d’agilité et souvent d’équilibre est plus haute chez les attaquants. Mais en liant ceci au monde du vrai ballon rond on s’aperçoit que ce n’est pas si différent dans le jeu. Nous en revenons au point que nous avancions plus tôt sur les défenseurs qui changent difficilement de direction, cette nouvelle inertie impose d’anticiper la profondeur avec le défenseur pour couper la course du ballon. Au lieu de râler, nous préférons parler du fait que ce FIFA impose une concentration constante en défense, là où les précédents ne le nécessitaient pas. Cependant, ne vous méprenez pas, ces passes dans la profondeur sont meurtrières du fait des appels de balles offensifs, bien que les attaquants se trouvent bien plus souvent hors jeu qu’avant.

Alors oui, notre avis est mitigé sur ce nouveau FIFA. L’inertie est une bonne idée mais elle doit être peaufinée. Concernant les quelques reproches que nous avons fait ici, Electronic Arts a d’ores et déjà annoncé qu’il y aurait un correctif dans les prochains jours afin de réduire l’efficacité des têtes offensives, des frappes enroulées et des passes lobées. Une bonne initiative, mais le patch gommera-t-il tous les défauts ? Nous ne pouvons que l’espérer. En attendant, les joutes devraient cette année être passionnantes dans des enceintes virtuelles qui résonnent encore plus qu’avant des chants des supporters, des encouragements et des sifflets.

FIFA14_PC_btn FIFA14_PS3_btn FIFA14_Xbox_btn

Tags

, , ,

un commentaire

  1. On notera l’absence quasi totale de changements au niveau de l’arbitrage qui continue à donner des fautes là où il n’y en a pas et qui omet de sanctionner certains tacles assassins. Seul changement à signaler de ce côté, la gestion du temps additionnel est calamiteuse et il arrive que la fin du match/de la période soit sifflée sur un corner avant même que la balle ne retombe dans la surface, aberrant.

    La mise en avant des qualités physiques des joueurs est appréciable et permet à un joueur comme Ibrahimovic de tirer enfin son épingle du jeu là ou il pouvait au mieux être considéré comme un attaquant correct dans l’opus précédent. Cependant tout n’est pas rose non plus et on pourra parfois se demander comment de véritables tanks arrivent parfois à se faire griller la politesse par de jeunes ephèbes.

    Concernant la gestion du L1 triangle il me semble important de souligner qu’au delà de la différence de vitesse entre défenseurs et attaquants permettant à ces derniers de prendre le dessus à la réception du ballon la plupart du temps, la qualité de la passe est bien trop importante à mon goût et il n’est pas rare de voir une passe d’exception sortir des pieds d’un joueur ne disposant que de très peu de technique d’un point de vue purement statistique.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *